Je veux une Europe juste et efficace !

Je veux une Europe juste et efficace !

<iframe width= »560″ height= »315″ src= »https://www.youtube.com/embed/nl1D7pTe1ts » frameborder= »0″ allow= »accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture »...
Une rupture majeure dans l’histoire de la droite française

Une rupture majeure dans l’histoire de la droite française

Le président de l’UDI ne cache rien de ses divergences avec la ligne de Laurent Wauquiez pour les élections européennes. La triade des Républicains ne change rien au jugement négatif porté par Jean-Christophe Lagarde sur la stratégie de Laurent Wauquiez. «Je constate que la droite traditionnelle, celle de Chirac et Sarkozy, n’aura pas de liste pour la représenter aux élections européennes», accuse le président de l’UDI. Lui-même tête de liste, lancé à grande vitesse dans la campagne, le député de Seine-Saint-Denis ne mâche pas ses mots contre Les Républicains. «La direction des LR a confié la liste à l’extrême droite. C’est désormais la liste de Sens commun avec M. Bellamy, car on peut toujours ajouter tout ce que l’on veut derrière, mais le choix de la tête de liste et la ligne politique choisie sont le contraire de ce qu’ont toujours porté Chirac et Sarkozy, sans parler d’Alain Juppé.» d’attraction sur les électeurs de droite «qui ont toujours suivi la ligne classique de la droite gaulliste et humaniste». Au moment où Laurent Wauquiez propose habilement un panel de sensibilités, en s’appuyant sur une proche de Valérie Pécresse (Agnès Evren) et sur un ex-soutien d’Alain Juppé (Arnaud Danjean), Lagarde veut protéger son espace politique en misant sur les divisions de la droite. «On sent bien le malaise des militants et des élus. Ils craignent de se retrouver embarqués derrière un candidat que ne leur ressemble pas», insiste le président du groupe UDI-Agir à l’Assemblée. Et si ses rivaux à droite lui objecteront un respect des courants dans leur projet politique européen, Lagarde balaye l’argument d’un revers de main: «La tête...
Le tour de France européen de Jean-Christophe Lagarde est passé par Vendôme

Le tour de France européen de Jean-Christophe Lagarde est passé par Vendôme

Si tu ne viens pas à Lagarde, Lagarde ira à toi ! Le président de l’UDI, le très centriste Jean-Christophe Lagarde, démarre tambour battant sa campagne pour les Européennes. La tête de liste, désignée par les militants de son parti en décembre dernier à Issy-les-Moulineaux, a en effet prévu plus de 80 déplacements dans toute la France. Le 23 janvier dernier, dans la salle de l’Hectare à Vendôme, près de 200 personnes, dont les  parlementaires centristes Pascal Brindeau et Jean-Marie Janssens mais aussi Florent Montillot président de l’UDI 45 (que d’aucuns verraient bien député européen) ont écouté le plaidoyer de J-C Lagarde  pour une transformation de l’UE renforçant sa souveraineté face aux géants américain, chinois ou russe. Créditée de 3 à 4 % des voix selon les sondages, cette liste UDI autonome, qui comprendra des membres de la société civile, espère en tout cas bien dépasser celle des Républicains conduite probablement par François-Xavier Bellamy (1). « Nous proposons clairement une alternative aux électeurs de droite. La liste LR représente un courant très conservateur proche de Sens commun. Ce n’est pas la droite française », a taclé J-C Lagarde. Il n’a pas été plus tendre avec Emmanuel Macron qui tiendrait l’UDI pour quantité négligeable. Dénonçant la dérive ultra libérale de l’Europe à l’image des travailleurs détachés, « une arme de destruction massive génératrice de concurrence déloyale et tirant vers le bas les salaires », il a regretté que le président ne s’y soit pas attaqué. « On n’a pas construit l’Europe pour calibrer la taille des bulbes de tulipe ! Nous avons besoin d’une Europe forte pour protéger nos nations. Aujourd’hui, nous subissons les décisions unilatérales de Trump et le dumping...