Discours au meeting de François Fillon

Discours au meeting de François Fillon

Seul le prononcé fait foi Chers Amis, Cher François, Merci d’avoir été si nombreux à vous mobiliser pour ce beau rassemblement. Cette grande mobilisation fait déjà de cette journée un véritable succès pour cette campagne présidentielle. Et merci à toi François de nous y avoir invités, en signe de ta volonté de rassemblement. Les principaux dirigeants de l’UDI qui m’accompagnent aujourd’hui y sont sensibles au moment même où nous discutons encore pour la construction d’une plateforme législative commune. François, tu as gagné la primaire de l’opposition républicaine, ce qui fait de toi le candidat légitime pour mettre fin à ces cinq années de socialisme qui ont coûté si cher à notre pays et à nos concitoyens. C’est parce que nous partageons cette même volonté d’alternance et de redressement national que la direction de l’UDI a décidé de chercher à construire une alliance programmatique et politique avec nos partenaires traditionnels que sont Les Républicains. Vous le savez et nous en avons l’habitude, nous avons nos différences, ce qui explique l’existence de nos deux formations politiques. Mais vous le savez, et nous en avons aussi l’habitude, nous parvenons le plus souvent à additionner ces différences en construisant des projets politiques communs, localement ou nationalement, afin que les français ne soient pas condamnés à choisir entre une gauche qui a tellement échoué et une extrême droite avec laquelle nous n’avons aucune valeur en commun. Cette construction d’une alliance équilibrée, respectueuse de chacun, porteuse de nos idées communes tout en étant capable de s’enrichir de nos différences, nous sommes encore en train de la construire ensemble. Ce n’est jamais chose facile, mais cette...
Jean-Christophe Lagarde minimise l’effet Macron sur les adhérents de l’UDI

Jean-Christophe Lagarde minimise l’effet Macron sur les adhérents de l’UDI

Jean-Christophe Lagarde était l’invité du Grand Rendez-vous iTélé / Europe 1 / Les Echos LIRE L’ARTICLE SUR LES ECHOS Le positionnement du centre est clair : il sera à droite. Invité du  Grand Rendez-vous d’Europe 1 , Jean-Christophe Lagarde a indiqué que l’UDI soutiendra bien François Fillon. D’ailleurs, les négociations en vue des législatives ont commencé. L’accord devrait ressembler à celui qui a déjà eu lieu durant les élections municipales, départementales ou régionales. « Grosso-modo, nous étions autour de 25% des candidats en lice. C’est exactement la même chose que l’UDI demande ». Ainsi, dans une éventuelle majorité parlementaire, cela représenterait entre « 90 et 100 parlementaires à l’Assemblée nationale ». Si pas d’accord, plusieurs candidats En clair, l’UDI  fait monter les enchères persuadée que sans eux une victoire sera plus compliquée : « Si on demande aux centristes de venir dans une coalition, c’est aussi avec eux, ce n’est pas juste leurs voix et pas les élus ». Le moyen de pression de l’UDI ? « S’il n’y a pas d’accords, il y aura plusieurs candidats (…) Vous imaginez dans une élection présidentielle deux candidats dans la même circonscription qui, le matin, font la campagne pour François Fillon et le soir font la campagne pour chacun séparément, c’est une campagne vouée à l’échec », prévient-t-il. Le maire de Drancy assume donc clairement le positionnement de l’UDI prévenant bien qu’il ne sera pas candidat à l’élection présidentielle : « ça aurait été une candidature d’égo ». Il dit préférer peser de son poids dans la campagne de François Fillon. Cela signifie également peser dans le projet : « On a exprimé notre désaccord sur la...