« Une alliance ne peut être qu’équilibrée, sinon les français nous tourneront le dos. » – Atlantico

« Une alliance ne peut être qu’équilibrée, sinon les français nous tourneront le dos. » – Atlantico

Atlantico : L’ensemble des leaders de la droite ont demandé le retrait de la réforme des collèges. Y êtes-vous aussi favorable ? Estimez-vous que ce soit possible ? Jean-Christophe Lagarde : Nous souhaitons le retrait de cette réforme que le Gouvernement essaye d’imposer au forceps contre l’avis des enseignants, des parents d’élèves, de nombreux intellectuels et de responsables politique de droite, du centre et de gauche.C’est une démarche absurde car une bonne réforme de l’Éducation Nationale nécessite un minimum de consensus. En effet, il lui faut du temps et traverser les échéances politiques pour produire des effets. Or, si M. Valls persiste dans ce coup de force, il faudra abroger cette réforme si les français choisissent l’alternance en 2017. Car sur le fond, le raisonnement du PS est contre la promotion du mérite républicain à laquelle nous sommes attachés et n’aidera en rien les élèves en difficultés. Supprimer le droit d’apprendre le latin et le grec à 20% d’élèves les privera de connaître les racines de notre langue et de notre culture, sans pour autant permettre aux 20% d’élèves qui entrent en 6ème sans maîtriser la lecture et l’écriture de rattraper leur retard. C’est une réforme qui retire des atouts à ceux qui peuvent en avoir sans en donner plus à ceux qui en manquent ! C’est la même chose pour la suppression des classes bi-langues. En fait, faute de savoir comment faire pour que les élèves en difficulté s’en sortent, le Gouvernement fait le choix d’abaisser le niveau des meilleurs pour que l’écart soit moins grand. En quoi cela aide-t-il les plus faibles ? Cela ne fait que pénaliser ceux qui pouvaient mieux réussir… Selon vous la bataille doit-elle...