Lettre ouverte au Président de l’Assemblée nationale

Lettre ouverte au Président de l’Assemblée nationale

Lettre ouverte de Jean-Christophe Lagarde
Paris, le 21 juillet 2018

Monsieur le Président de l’Assemblée nationale,

Depuis 72 heures, l’affaire Benalla représente l’un des plus graves scandales de la Vème République. Depuis 72 heures, l’Assemblée nationale est paralysée au moment où le pouvoir exécutif est en difficulté.

Par le combat dans l’hémicycle, les oppositions dont nous sommes, ont obtenu que soit créée une commission d’enquête parlementaire. C’était notre devoir pour exercer le pouvoir de contrôle que la Constitution nous confère. Par le même combat, nous avons obtenu samedi que la majorité finisse par accepter que les auditions et les débats de la commission soient publics et non pas secrets. C’est notre devoir pour garantir aux Français que toute la lumière, la transparence et la vérité leur sera faite sur les responsabilités et les conséquences qu’il faut en tirer.

Depuis samedi matin, notre Groupe UDI-Agir et Indépendants considère que l’Assemblée nationale aurait dû reprendre ses travaux pour réviser la Constitution et pour réellement renforcer les pouvoirs du Parlement. Car il est indéniable que cette crise puise sa source dans le déséquilibre des pouvoirs entre l’exécutif et le législatif.

Nous avons, de par notre Constitution, le Président le plus puissant de toutes les démocraties occidentales. Nous avons aussi, hélas, le Parlement le plus faible de tous les régimes comparables. Résultat, contrairement aux attentes des Français, nous sommes le pays qui s’est le moins réformé dans le monde occidental au cours de ces 40 dernières années.

Comme le disait Montesquieu, « C’est une expérience éternelle que tout homme (ou régime) qui a du pouvoir est porté à en abuser » (confère M. Benalla). « Il faut donc que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir ».

Tel n’est pas le cas dans la Vème République ! Le Parlement est censé équilibrer les pouvoirs et représenter la Nation mais…. Le Parlement est si faible qu’il ne peut convoquer un Ministre ! Le Parlement est si faible qu’il ne peut ouvrir autant de Commissions d’Enquêtes qu’il le souhaite ! Le Parlement est si faible qu’il ne peut proposer des lois comme il le  voudrait !

Bref, alors que dans cette crise les parlementaires devraient collectivement être pour les Français la garantie de l’équilibre des pouvoirs, l’Assemblée Nationale se réduit depuis plusieurs heures à n’être que commentatrice des évènements qui se déroulent à l’extérieur, comme le ferait le premier éditorialiste venu.

Cette situation est ridicule, affaiblissante et avilissante pour notre Assemblée Nationale qui n’est pas le lieu des commentaires, des polémiques et des débats stériles qu’on peut déplorer sur des plateaux de télés.

Monsieur le Président, il est de votre responsabilité que cela cesse ! Nous vous avons averti que cette situation n’était plus possible. Plutôt que nous donner la parole,vous avez préféré éviter tout débat samedi soir en suspendant la séance sans donner la parole à qui que ce soit !

Aussi, après avoir réuni téléphoniquement les députés de notre groupe, qui eux sont au contact de nos concitoyens et non pas enfermés dans un « bocal devenu stérile », nous avons décidé que :

  • résolus à faire toute la vérité sur l’affaire Benalla devant tous les Français, nous participerons sans complaisance aux travaux de la commission d’enquête dès lundi matin ;
  • déterminés à réformer la Constitution pour rééquilibrer les pouvoirs afin de garantir la liberté des Français, nous travaillerons sans relâche, dés que l’Assemblée nationale reprendra des travaux sérieux, pour améliorer notre Constitution ;
  • nous refusons désormais de participer à ce triste spectacle d’une Assemblée nationale, dont vous avez la responsabilité et qui tourne en rond, car nous sommes convaincus qu’elle est ridicule quand elle devient inefficace.

Cela signifie que nous demeurons prêts à travailler à disposition de nos concitoyens, disponibles à la manifestation de la vérité, responsables devant les Français qui nous regardent avec tristesse ou colère.

Mais désormais, si, comme le disait le Président Richard Ferrand, certains peuvent penser « avoir piscine », nous refusons de devenir un théâtre !